Le vendredi 18/05/2012 Article dans le journal La Meuse

Projet musical, pour le moins original, né dans la tête de deux Arlonais, Enthiz matérialisera sa première “Soundtrack of (y) our life” sur un vinyle à l’issue de la diffusion de l’acte 4, le 15 juin prochain sur Youtube.
L’univers musical d’Enthiz est pour le moins sombre. Ce projet musical que l’on doit à deux Arlonais, Nicolas Naramski de Nowina et Benjamin Wagner, fait parler de lui à raison d’une fois par trimestre depuis septembre. Sur Youtube, le groupe diffuse à intervalles réguliers, un acte de sa “Soundtrack of (y)our life”,morceau de quatorze minutes mis en image. Les clips se veulent aussi sombresque la musique qu’ils portent. Depuis septembre, le binôme fédère quelques centaines de fans, venant de partout, sans s’être pour autant produit sur scène.“Des personnes qui se retrouvent simplement dans la musique que nous proposons ”, explique Nicolas Naramski de Nowina.
Le quatrième et dernier acte de ce premier opus sera mis en ligne le 15 juin prochain. Enthiz, dans les faits, s’est constitué il y a deux ans. “Depuis plusieurs années, nous avons multiplié les projets musicaux sur Arlon ”, explique Benjamin Wagner. Les deux musiciens sont aussi membres du groupe Inimikall. “C’est l’envie d’exprimer un univers particulier que nous partageons, en nous affranchissant de tout, qui nous a amenés à développer ce nouveau concept.
On crée pour notre plaisir personnel.”
C’est en s’isolant pendant près d’un an que Benjamin et Nicolas ont su orchestrer leur univers “A travers la musique d’Enthiz, on a développé un projet très personnel, de la musique pour nous mêmes avant tout,dans laquelle nous pouvions y placer toutes nos hantises pour,
en quelque sorte, les exorciser. Au départ, il n’y avait de volonté de diffuser quoique ce soit ”, assure Nicolas. “Le fait de créer cette musique, simplement, nous suffit”, ajoute Benjamin.
Les Arlonais, qui ont multiplié les sources d’inspiration dans le cinéma, la lecture, l’art en général ont concrétisé une bande-son cohérente et originale. Rapidement, la vidéo s’est imposée pour soutenir l’univers musical déployé. “Soundtrack of (y)our life ”, c’est la bande-son de nos existences, qui s’appuie sur une trame musicale dense, puissante et sombre, mêlant orchestrations électroniques sur fond de guitares lourdes et graves », explique Benjamin.Des passages acoustiques ou des moments plus planants viennent pondérer une déferlante électrique. Pas de chant,par ailleurs,sur cette bande son. “On y entend des voix électroniques qui récitent des réflexions philosophiques ou des extraits du roman “L’apparence de la mort ” de Michel Wagner, le père de Benjamin”, explique Nicolas. Si leur univers musical est noir, les deux musiciens ne broient pas du noir en permanence au quotidien. Bien au contraire même. “Chaque personne porte une part d’ombre en elle ”, ajoute Nicolas. C’est sans doute ce qui permet d’expliquer que, rapidement, le projet musical a parlé à un certain nombre de personnes. “Des personnes sont venues nous voir en nous disant qu’elles ne comprenaient pas. Il n’y a d’ailleurs pas forcément de choses à comprendre. D’autres, par contre, ont dit avoir tout compris et ont même trouvé des significations là où il n’y en a pas”, explique Nicolas. Comme cela, Enthiz offre la possibilité à chacun d’exorciser ses propres hantises.

 

Cliquez ici pour voir l’article en version PDF

Article rédigé par SÉBASTIEN LAMBOTTE pour le journal La Meuse, Le Quotidien du Luxembourg du vendredi 18 mai 2012 (page 8).


Les commentaires sont fermés.

facebook
twitter
youtube